Voici clairement une série que je n’attendais pas ou plutôt dont je n’attendais rien si ce n’est de servir de fond sonore pendant mes parties de Mario Kart sur 3DS (auquel je ne peux toujours pas jouer en ligne d’ailleurs).

Pourtant force est de reconnaître que NIKITA est une série qui a pas mal de qualités pour séduire et  que, plus le temps passe, plus elle m’accroche.

Adapté d’un des meilleurs films de Luc Besson et bien avant que ce dernier ne commette Arthur et les Minimoys, NIKITA nous fait suivre les aventures de la plus célèbre espionne et assassin du monde de la fiction mais pas que…


En effet, l’une des plus grandes qualités la série est d’avoir adapté le concept du film original pour que celui-ci  puisse tenir sur la longueur sans tomber trop dans la redite. Ainsi, si dans le premier épisode, nous assistons bien à une arrestation dans une pharmacie ce n’est cette fois pas Nikita qui est appréhendée mais Alex, une autre recrue de la Division dont nous suivons le parcours en parallèle de celui de Nikita. En fait, scénaristiquement la série a choisi de prendre le parti pris selon lequel l’espionne a décidé de se révolter contre ses employeurs après que ces derniers aient fait assassiner son compagnon.

Elle est donc devenue l’ennemi public numéro 1 de la Division mais également une sorte de légende que toutes les nouvelles recrues souhaitent éliminer d’une part mais aussi dépasser.

 


La ressemblance entre Nikita et Alias est palpable sauf que contrairement à Sydney Prescott, Nikita est plus âgée et plus expérimentée mais surtout elle mène son combat de l’extérieur et non au sein de la Division.
Bien entendu, toutes les thématiques et les ficelles chères à ce genre de série sont reprises dans Nikita : scènes d’actions calibrées, double-jeu, complot, retournements de veste, faux-semblants… sont donc au rendez-vous mais pour le moment, les histoires sont suffisamment bien amenées pour que cela marche et que la série soit très agréable à suivre.

Par ailleurs du point de vue du casting il est intéressant de noter que les scénaristes ont la bonne idée de faire appel à Maggie Q pour leur rôle titre. Issue à l’origine du cinéma de Hong Kong, et personnellement formée par Jackie Chan, celle-ci s’avère être un excellent choix (et pas seulement pour sa plastique). En effet, en plus de jouer plutôt bien et d’être crédible dans le rôle de l’assassin et contrairement à ce qui arrive parfois dans certaines productions, Maggie Q est parfaitement capable de s’intégrer dans des scènes d’actions souvent menées tambour battant. Un point très positif donc dans ce genre de série.


Au final, j’ai trouvé cette première saison de NIKITA vraiment réussie. Si l’on aime le genre action/espionnage il s’agit là d’une série que je recommande vraiment chaudement et que je vous conseille de suivre. Certes il ne s’agira peut-être pas d’une série qui fera date mais elle reste très efficace et surtout, pour l’instant, elle ne nous propose pas (encore?) une théorie du complot lourdingue à laquelle, au final, plus personne ne comprend rien (même les scénaristes) et rien que pour cela, NIKITA mérite qu’on s’y attarde.

A noter que la première saison de NIKITA est disponible sur Amazon UK aussi bien en DVD qu’en Blu-Ray.