Nouveau projet de Robert (Walking Dead) Kirkman, Oblivion Song était  bien évidemment très attendu par les amateurs de mondes post-apocalyptique. Est-il à la hauteur? C’est ce que nous allons voir dans la review ci-dessous.

Edité par Delcourt qui a réussi  le tour de force de présenter aux lecteurs français une version « en avance » sur la version américaine, Oblivion Song nous place dans une Philadelphie alternative où 50 km2 de la ville se sont retrouvés absorbés par une autre dimension.

C’est dans ce monde qu’évolue Nathan qui, 10 ans après la catastrophe, est toujours à la recherche de survivants dans cette dimension parallèle. Il est aidé en cela par des inventions technologiques de son cru qui lui permettent de passer d’un monde à l’autre pour ramener à la « civilisation » les humains qui seraient encore coincés dans un monde rempli de monstres abominables.

Très vite le lecteur se rendra compte que l’objectif de Nathan est moins d’aider ses semblables que de retrouver son frère Ed.

Le 1er tome d’Oblivion Song est clairement un tome introductif. S’il démarre sur les chapeaux de roue via une scène d’action plutôt bien ficelée, il est en définitive assez lent.  L’objectif ici est de nous présenter les différents protagonistes du titre et de nous faire découvrir son univers. Globalement, ce premier tome est prometteur: les personnages sont fouillés et pour certains ambivalents. Le discours concernant le retour à la civilisation est, pour sa part, en tout cas pour les premiers éléments qui nous sont apportés, plutôt intéressant. Par ailleurs, le cliffhanger de la fin du chapitre 6 ne peut que susciter la curiosité.

Côté dessins, j’avoue ne pas être très amatrice du travail de Lorenzo De Felici. Les traits de son dessin sont un peu grossiers et certains personnages sont assez proches graphiquement ce qui pose problème au début pour les distinguer. Les monstres, quant à eux sont assez informes et peu détaillés à mon goût ce qui est un peu dommage. Par contre, le  travail des couleurs d’Annalisa LEONI est plutôt réussi notamment en ce qu’il donne à chacune des dimensions sa propre coloration visuelle et un ambiance particulière. A la froide Philadelphie s’oppose en quelques sorte la chaude Oblivion.

Au final, j’ai trouvé ce premier tome d’Oblivion Song de bonne facture. Il constitue une introduction solide à ce nouvel univers imaginé par Robert Kirkman. Certaines pistes lancées sont prometteuses et la fin du volume donné indéniablement envie de lire la suite. Il est donc à espérer que le titre ne soit pas un titre à rallonge à l’instar de Walking Dead. En tout cas, je vais le suivre.

En bref

  • Scénario : KIRKMAN Robert
  • Couleurs: LEONI Annalisa
  • Illustrations: DE FELICI Lorenzo
  • Titre découvert sur tablette via une version envoyée par Izneo
  • Disponible en version papier autour de 16,50€ ou en format numérique pour 12€