Toujours grâce à Izneo, (il faut vraiment que je vous prépare un petit bilan de mes premiers mois d’abonnement), j’ai pu découvrir l’un des derniers titres du très prolifique Rick Remender à savoir Deadly Class. Si vous n’êtes pas lecteur de comics, le simple fait  de savoir que Rick Remender a également participé au scénario du premier Dead Space devrait probablement susciter votre curiosité.

Pour en revenir à Deadly Class, ce titre, qui se passe dans les années 80 (il commence en 1987 très exactement)  nous fait suivre le destin de Marcus  Lopez, un immigré, SDF depuis la mort absurde de ses parents, qui peine à trouver un sens à sa vie. Alors qu’il envisage de se suicider, il fait la connaissance de Saya, une mystérieuse adolescente  qui lui propose de rejoindre l’Académie Kings Dominion des Arts Létaux. Il découvre alors une école pas comme les autres où l’on enseigne aux élèves  les meilleures techniques de meurtre.  Marcus a désormais un but dans la vie, il va tuer celui qu’il considère responsable de la mort de ses parents: Ronald Reagan.

Bien entendu, c’est d’ailleurs explicite dès même la préface, Deadly Class a d’abord été pensé comme un comics à charge contre le système scolaire américain et sa dureté. Une sorte de moyen pour Rick Remender d’exorciser des années lycée pénibles en substituant à la violence sociale qui régit ce type d’établissement à une violence physique dans ce qu’elle a de plus crue. En parcourant notamment le tome 1 de la série, on se dit  que l’auteur connu également pour son addiction aux paradis artificiels (ce qui n’est pas sans conséquences dans le titreà a vraiment dû en baver. 

Et c’est d’ailleurs peut être ce qui pose problème dans le premier volume en ce sens que, lors des deux cents premières pages du titre, l’auteur semble d’abord avoir besoin de crier toute sa colère et son dégoût du lycée avant de pouvoir vraiment nous permettre d’entrer dans l’histoire. Ce discours radical et la violence gratuite du 1er tome m’ont un peu embêtée. Obnubilé par son propos, Remender semble, au début en tout cas, mettre de côté le développement des personnages et oublie un peu d’insuffler un peu de subtilité et de nuance. Il en résulte un tome 1 un peu lent, un peu malaisant tant le personnage de Marcus semble ambivalent. Bref, je ne vous cache pas que lorsque j’ai refermé le premier volume j’étais un peu circonspecte.  

Une chance que j’ai pu persévérer aussitôt car c’est vraiment à partir du tome 2 que la série m’a semblé prendre son envol. L’univers à la fois sombre et grinçant se met réellement en place et les protagonistes prennent de l’épaisseur. En d’autre termes, plus l’on avance dans série et plus celle-ci trouve un rythme qui m’a personnellement  emporté. Alternant entre épisodes d’action effrénée, temps calmes, développement de la vie des adolescents et  humour grinçant, les 5 tomes suivants se lisent d’une traite. Je vous mets d’ailleurs au défi de ne pas retenir votre souffle à la fin du tome 4. Bref je n’ai désormais qu’une hâte lire le tome 7 qui vient de sortir en VO. JE ne vous spoilerais bien sûr par en détaillant tel ou tel rebondissement mais une chose est sûre,  Deadly Class sait jouer avec nos nerfs et n’est clairement pas avare de rebondissements.  

Côté dessins, un peu comme pour le scénario, il m’a fallu un peu de temps d’adaptation. En effet, le trait de Wes Craig semble parfois grossier notamment pour ce qui concerne les expressions faciales des personnages.  Mais ce qu’il perd en « délicatesse », il le gagne en nervosité et en impact. Son énergie et l’ambiance qu’il arrive à insuffler à ses planches est difficile à décrire car vraiment tant celles-ci collent magistralement à l’histoire. Que l’on parle de trip sous acide, de dépression ou de scènes d’actions échevelées à chaque fois le résultat est réussi.

Au final, après un démarrage qui m’a semblé un peu poussif, j’ai été complètement séduite par Deadly Class qui m’a complètement embarquée dans son univers. Je ne saurai donc, sous réserve que la violence ne vous rebute pas, que vous recommander la série et même de persévérer si la lecture du tome 1 ne vous a pas convaincu.

Pour information, Deadly Class sera adaptée en série TV par les frères Russo. Cette adaptation est prévue pour 2019 sur la chaîne SyFy.

Si vous voulez en savoir plus sur cet auteur majeur du monde des comics qu’est Rick Remender,  je vous invite à consulter l’article qui lui avait été dédié sur le site Comicsblog.fr).

En bref

  • Scénario : Remender, Rick
  • Dessin : Craig, Wes
  • Couleurs : Loughridge, Lee
  • Lettrage : Moscow Eye
  • Traduction : Rivière, Benjamin

Deadly Class est disponible en version papier autour de 15€ ou  version numérique pour 9,99€.

A noter que le titre est actuellement en  promotion à 1,99€ le tome sur Izneo en ce moment (si vous êtes abonné, les 3 premiers tomes sont inclus dans votre abonnement)