Depuis que je l’ai découvert avec Criminal, Ed Brubaker est devenu l’un de mes scénaristes préférés. Il faut dire qu’étant amatrice de récits noirs je suis gâtée par ses scénarios qu’il s’agisse de thrillers (comme avec Criminal justement ou Sleeper), ou de récits plus fantastiques tels que Fatale qui, malgré un certain ralentissement ces derniers temps reste toujours de bon niveau.

En conséquence, je ne pouvais pas passer à côté d’un nouveau titre du bonhomme et ce d’autant plus qu’il s’associe, pour l’occasion, avec son compère Steve Epting (avec qui il avait travaillé sur l’excellent run « Captain America: Winter Soldier« ). Le résultat, édité par Image Comics est un récit d’espionnage à la fois classique et efficace.

Ed Brubaker semble affectionner les héroïnes complexes et ce n’est pas pour me déplaire (trop peu de titres proposent de personnages féminins réellement intéressants et bien écrits) et Velvet ne déroge pas à la règle. Son personnage principal, »Velvet Templeton« , n’est pas une jeune première, elle a du vécu, de l’expérience et des choses à cacher… De quoi en faire une héroïne charismatique bien loin des « potiches juste là pour mettre en valeur le héros » dont on a l’habitude dans les récits du genre.

Velvet Brubaker Epting 5

Synopsis

Velvet Templeton est l’assistante personnelle du directeur de l’Arc-7 dans l’une organisation de contre-espionnage britannique aussi efficace que discrète.  Lorsqu’un de ses agents est assassiné, les responsables de l’Arc-7 s’orientent vers la piste d’un traitre en interne. Plutôt que de laisser ses collègues traiter cette affaire par leurs propres moyens, Velvet se penche sur les dossiers de collègue (et amant) assassiné… et se révèle être bien plus qu’une simple secrétaire…

Si vous aimez les romans d’espionnage sur fond de guerre froide, vous pouvez acheter Velvet les yeux fermés.

Comme à son habitude, avec cette nouvelle oeuvre, Brubaker dès les premiers volumes offre un titre immédiatement accrocheur. Si le premier single démarre assez tranquillement histoire de mettre en place les personnages et le contexte de l’histoire, le second, pour sa part, entre directement dans le vif du sujet et nous montre de quoi Miss Templeton est réellement capable (et elle sait y faire). Reste à voir si le titre tient sur la longueur mais pour le moment ce que nous proposent Brubaker et Epting est très prometteur.

Graphiquement, Epting fait des merveilles, il faut souligner également qu’il est remarquablement bien appuyé par  la mise en couleur d’Elizabeth Breitweizer qui apporte une remarquable profondeur aux planches du titre. Le découpage de chaque volume est de facture assez classique mais cela donne un petit côté rétro plutôt agréable au titre.

Velvet Brubaker Epting 3

En bref, je ne vais pas y aller par quatre chemins, après deux volumes, Velvet s’avère tout bonnement passionnant et entre directement dans ma pile des séries que je lis immédiatement après leur achat au même titre que Fatale ou encore Saga. Un titre que je vais suivre attentivement en espérant qu’il reste à ce niveau.