S’il y a bien un titre qui était attendu de pied ferme ce mois-ci c’est bien  Batman Earth One de Gary Frank et Geoff  Johns. Deuxième titre de la série du même nom, entamée avec Superman,  les deux auteurs revisitent ici, la genèse du « Dark Knight ».

Je n’irai pas par quatre chemins, l’attente en valait la peine car ce Batman: Earth One est vraiment d’un très bon niveau. En fait, en refermant le livre (lu d’une traite ce qui est bon signe 😀 ) je me suis juste dit « qu’est ce que c’était bien! », un sentiment que ne me font clairement pas vivre toutes mes lectures.

Pour faire simple, Batman Earth One se place dans un univers alternatif (Earth One donc) et nous fait revivre les première années de justicier de Bruce Wayne leurs difficultés, leurs imperfections, leurs motivations… Le tout en prenant la liberté, également, de réécrire les autres personnages chers à l’univers de Batman.

En fait, ce qui m’a vraiment impressionnée dans ce titre c’est la façon dont Johns a réussi à modifier les dynamiques pré-existantes entre les personnages mythiques de la série qui, s’ils sont bien là ne sont plus tout à fait à la même place….Le commissaire Gordon, sa fille Barbara, Harvey Bullock, Le Pingouin… Tous sont présents  mais pas forcément là où on les attend… Cela apporte une fraicheur et un réel effet de surprise à l’histoire qui m’a vraiment embarquée du début à la fin du titre.

La relation entre Bruce Wayne et Alfred voit sa dynamique et son équilibre définitivement changée dans la mesure où ce dernier n’est plus « simplement » le valet fidèle de la famille Wayne. Ce dernier d’ailleurs a un rôle, mais aussi un graphisme, que je ne lui avait jamais connus et j’avoue que j’applaudis des deux mains pour ce choix auquel je ne m’attendais définitivement pas.

Graphiquement, si le découpage est plutôt classique, il n’en demeure pas moins que les dessins de Gary Franck font honneur au Dark Knight aussi bien sur les scènes d’action que sur les moments moins « intenses », dans lesquelles il arrive vraiment à faire passer les émotions des personnages (et à me rendre sympathique Harvey Bullock ce qui n’est pas rien). Par ailleurs, l’atmosphère de la ville de Gotham, sombre, dangereuse (presque un personnage à part entière) est palpable au travers des planches vraiment très bien colorisées.

Vous l’aurez compris, à mon sens, ce Batman: Earth One est une vraie réussite aussi bien sur le plan formel que sur le fond. Il remplit clairement son office de redéfinir les origines de Batman sans pour autant trahir le personnage original. Sur ce point il fait déjà mieux que Superman: Earth One qui, pour sa part était peut être allé un peu trop loin en réécrivant les origines de Superman.

Le seul reproche que l’on pourrait faire au titre au final, c’est qu’il est presque trop court pour tout ce qu’il y aurait à dire. Du coup certains passages, sur la formation et l’entrainement de Batman, sont trop vite expédiés alors qu’il aurait été possible de les développer plus… Dommage mais il n’en demeure pas moins que si vous aimez le Dark Knight et son univers, vous ne pourrez pas passer à côté de ce titre incontournable.

Batman Earth One est disponible en précommande sur Amazon, pour une vingtaine d’euros. A noter que pour ce prix là, vous aurez droit à une édition cartonnée de toute beauté.