Alors que sort, aujourd’hui même, le tome 2 de la série, j’avais envie de vous parler de The Promised Neverland l’un de mes gros coups de cœur mangas du moment ce qui n’est pas rien si l’on considère qu’après de nombreuses années à écumer les différentes sorties, j’avais un peu laissé de côté la BD nippone  faute de titre suffisamment alléchant pour susciter mon intérêt.

Issu de l’imagination fertile de Karius Shirai (au scénario) et de Posuka Demisu (aux dessins), The Promised Neverland est un thriller fantastique qui suit les aventures d’Emma, Norman et Ray. Ces derniers vivent des jours heureux dans ce qui semble être un orphelinat parfait: Grace Field House. Entourés de leurs petits frères et sœurs, ils s’épanouissent grâce à l’amour de celle qu’ils surnomment «Maman», qu’ils considèrent comme leur véritable mère. Malheureusement, tout cela n’est qu’une façade et nos héros sont un jour confronté à l’horrible réalité de leur situation! Ils doivent s’échapper, c’est une question de vie ou de mort!

Sincèrement, il y a longtemps que je n’avais pas autant été accrochée par un titre issu des publications de Jump et pour le coup, The Promised Neverland m’a vraiment beaucoup plu. Dans son propos déjà, que je ne dévoilerai pas pour ne pas spoiler l’intrigue du titre mais attendez-vous à être soufflés (en tout cas moi je l’ai été). Rien qu’en repensant à une scène spécifique j’en suis encore bouchée bée (et pourtant je m’y attendais un peu).

Côté dessins, l’aspect mignon et tout en rondeur du titre, accentue, à mon sens,  la dureté du propos et du  scénario. Cela a pour effet de donner, si c’était nécessaire, encore plus d’impact au titre.

Atypique et haletant, le 1er tome de cette série m’a fait forte impression c’est donc tout naturellement que je vais aller lire la suite dès sa sortie, aujourd’hui

Il ne reste plus qu’à espérer  que contrairement à d’autres œuvres, même réputées (Coucou 21st century boys), The Promised Neverland, ne traîne pas trop en longueur mais surtout, ne fasse pas « pschitt » à sa conclusion.

The Promised Neverland est édité aux éditions Kaze et est disponible au prix de 6,79€ (un peu moins si vous optez, comme moi, pour une édition numérique via Izneo par exemple). A bon entendeur.