Il y a quelques mois sortait sur Nintendo Switch, un jeu aussi intriguant par son titre que par son visuel : the Sexy Brutale.

Dès le début, le titre de Cavalier Game Studios n’y va pas par 4 chemins, puisque êtes désigné par une entité mystérieuse pour sauver les invités du bal masqué d’un Marquis psychopathe, tous promis à un funeste destin pendant la même après-midi.

The Sexy Brutale prend place dans le manoir du même nom propriété d’un riche et mystérieux marquis dont, les serviteurs ont décidé, pour une raison inexplicable de supprimer tous les invités.

Vous incarnez Lafcadio Boone, un homme auquel il a été confié la lourde tâche de sauver ces innocents avant que ces derniers ne se fassent assassiner dans l’atroces souffrances. Pour mener votre mission à bien, vous avez la possibilité de remonter le temps dans la limite de 12h et d’acquérir, au fur et à mesure de votre progression, de nouveaux pouvoirs (symbolisés par différents masques) qui vous permettront d’atteindre votre objectif final.

Développé par Cavalier Games Studio et édité par Tequila Works, The Sexy Brutale se démarque dans un premier temps par sa DA juste magnifique, c’est assez simple, le jeu est un régal de tous les instants et il plaira sans aucun doute aux plus esthètes d’entre nous. Pour ne rien gâcher, l’ambiance sonore, assez jazzy, du titre est également une très belle réussite et contrebalance par des tonalités joyeuses un propos et une ambiance plutôt sombres.

Passé les premières impressions de forme, il est temps de se pencher sur les mécaniques du jeu. Force est de constater qu’elles sont plus classiques. Chaque mission se subdivise en une phase d’exploration (pour comprendre ce qui se passe, collecter certains items ou modifier des éléments du jeu), des retours dans le temps plus ou moins nombreux (en fonction de si vous êtes doué ou non) et enfin une phase de dénouement où toutes les pièces du puzzle s’ajustent et permettent de sauver le ou la malheureuse condamné(e).

Cela peut être répétitif, et ça l’est un peu, il faut le reconnaitre, mais cela n’est pas gênant car tout changement même subtil dans votre journée fait avancer l’intrigue et vous plonge de plus en plus dans les mystères de the Sexy Brutale. A noter d’ailleurs que la difficulté augmente au fur et à mesure de l’intrigue mais de façon progressive ce qui permet de ne pas se sentir frustré même si le titre nécessite une certaine rigueur dans son approche et risque de décourager les plus novices d’entre nous par un manque d’indices.

L’autre gros point fort de The Sexy Brutale est son intrigue. Loin d’être une simple histoire d’enquête, le jeu va beaucoup plus loin et nous propose une histoire développant des thématiques inédites dans le jeu vidéo. Afin de ne pas spoiler le jeu, je ne m’étendrais pas outre mesure sur lesquelles, mais sachez que vous risquez d’être surpris de. A noter d’ailleurs, qu’une fois n’est pas coutume, le fait de rechercher et d’accumuler les « collectables » apporte ici un véritable intérêt (contrairement à beaucoup de titres), c’est suffisamment rare pour être signalé.

En fait, le seul vrai défaut que j’ai pu rencontrer sur la version Switch ce sont certains ralentissements flagrants lors de passages d’un tableau à un autre. Dans la mesure où j’y ai joué il y a plusieurs mois, j’ai bon espoir que cela ait été réglé depuis.

Au final, The Sexy Brutale est une vraie belle pépite du jeu indé que je recommande chaudement. En effet, son ambiance, son identité graphique et surtout son intrigue en font pour moi, l’un des coups de cœur de l’année. Il est disponible sur PS4, PC, Xbox One pour une vingtaine d’euros et il est actuellement en promotion sur Switch à 9.99€. A bon entendeur !