Outre A nous deux, Paris! (objet de mon précédent billet), j’ai également profité de mon dernier séjour en France pour  me laisser tenter par un ouvrage plutôt bien accueilli par la critique et ce d’autant plus qu’il développe des thématiques plutôt originales.

Ce titre, c’est Thermae Romae ((テルマエ・ロマエ, Terumae Romae), une série signée au scénario comme aux dessins par Mari Yamazaki dont l’objet principal est, comme son nom l’indique, l’Art du bain, un plaisir visiblement universel puisqu’ aussi bien célébré dans la Rome antique que dans le Japon contemporain.

C’est donc avec une certaine curiosité que j’ai parcouru les deux premiers tomes d’une série qui en comptera six (selon mon libraire) ou sept (selon d’autres sources), bref … qui ne sera pas très longue (un critère que je prends de plus en plus en compte dans mes achats).

Thermae Romae nous fait suivre les aventures de Lucius Modestus, un architecte contemporain de l’empereur Hadrien dont les projets sont boudés par ses pairs. Afin d’évacuer toutes la tension accumulée, il décide, sur les conseils d’un ami, d’aller se détendre aux thermes et se retrouve transporté….  dans un bain public du Japon moderne….

De ce voyage, qui sera suivi de bon nombre d’autres il rapporte des idées ingénieuses qui lui permettront de relancer sa carrière et de se faire un nom dans la société romaine.

Complètement atypique dans ses thématiques, Thermae Romae est un titre qui  a connu un vrai succès commercial  et critique au Japon (elle a notamment obtenu le prix Tezuka et a été adaptée en anime).

Il faut bien reconnaitre que cette réussite est amplement méritée…. A la lecture des deux premiers tomes, force est de constater que la « mayonnaise » prend bien  et même plus que bien.

D’une part, les incompréhensions récurrentes entre notre romain pure souche (certain de la supériorité de se civilisation) et les « têtes plates » ne manqueront pas de faire sourire le lecteur (qui s’il a déjà été au Japon sans parler la langue aura peut être une impression de déjà vu).

Mais aussi, avec Thermae Romae Mari Yamazaki nous offre une série étonnement bien documentée sur les us et coutumes ainsi que sur le contexte socio-politique de la Rome antique qui n’aurait d’ailleurs pas a rougir devant des série TV comme Rome.

C’est ainsi que, entre chaque chapitre, l’auteure (qui a longtemps vécu en Italie avant de partir s’installer aux Etats-Unis)  revient plus en détails sur les éléments qu’elle a développés  tout en nous racontant quelques anecdotes personnelles (souvent drôles) sur sa vie, ses voyages et sa passion pour l’Art du bain.

Passionnant sur le fond et plutôt solide graphiquement, Thermae Romae est clairement l’un de mes coups de cœur de l’année. Un de ces titres qui nous démontre que la BD nippone a encore pas mal de choses à nous offrir.

Vendu 7.50 euros le tome, Thermae Romae peut être acheté dans toutes les bonnes librairies.