Arrivé dans les bacs il y a de cela quelques semaines déjà, Resident Evil Revelations est un jeu que j’aurai pris mon temps à parcourir. Non pas parce que je n’accrochais pas à l’aventure mais plutôt parce que si je joue aux jeux vidéo trop tard le soir j’en rêve ensuite la nuit… Et je peux vous assurer que rêver de zombies n’est pas forcément la plus agréable qui soit lorsque l’on cherche à s’assurer un sommeil réparateur.

Dès lors j’ai dû écourter et espacer mes sessions de jeu ce qui en définitive n’est pas forcément un mal puisque cela m’a permis de profiter du survival horror de Capcom un peu plus longtemps.

Comme beaucoup, j’avais opté lors de ma commande sur Amazon, pour la version collector du titre qui comprenait : le jeu (ô joie) mais aussi le fameux Circle Pad qui a fait couler tant d’encre  et suscité tant de passion sur les (présumés) défauts de conception de la portable de Nintendo.

Si esthétiquement le résultat est de l’ordre du risible (:laugh:), je dois reconnaitre que la prise en main de cet accessoire est plutôt bonne même si, du coup il éloigne un peu les boutons des doigts ce qui occasionne parfois quelques difficultés dans le jeu. Mais quoiqu’il en soit, je pense que l’essayer c’est l’adopter et pour ma part, j’ai uniquement joué à Resident Evil Revelations en utilisant cet accessoire. Je n’ai donc aucun avis sur l’intérêt et l’accessibilité du gameplay sans Circle PAD (ça c’est dit).

Sur le jeu en lui-même j’avoue que, s’il ne restera probablement pas un épisode marquant de la licence (notamment parce qu’il ne fait pas vraiment avancer le shmilblick de la saga), Resident Evil Revelations n’est est pas pour le moins un jeu agréable à parcourir, sans temps morts et, sous réserve que vous fassiez l’effort de jouer avec des écouteurs, assez oppressant pour vous plonger dans une atmosphère de tension grâce à un habillage sonore tout à fait réussi.

Par ailleurs, et cela ne gâche rien, le jeu est, pour le moment en tout cas, clairement le plus beau titre de la console.  On peut certes regretter le design de certains personnages comme celui de Raymond ou certaines tenues de Jessica, mais graphiquement sincèrement le jeu est vraiment beau. Par contre, je dois bien reconnaître que j’ai très peu joué en 3D car à trop bouger la console dans les phases d’actions j’avais tendance à perdre l’image.

Cela étant le peu de fois ou j’ai laissé ce mode, j’ai trouvé le jeu toujours fluide et beau.

Scénaristiquement, je suis un peu plus réservée sur le dernier né de la saga des Resident Evil. Clairement le titre de Capcom se suit sans déplaisir mais j’ai trouvé que certains chapitres donnaient plutôt la sensation d’être là pour allonger la durée de vie artificiellement (je pense notamment aux phases d’actions avec Quint et Keith) ou pour varier le rythme du jeu sans réelle raison scénaristique.

C’est dommage car j’aime plutôt l’idée d’alterner entre les époques et entre les équipes formées de Parker et Jill, Chris et Jessica ou Keith et Quint cela permet d’une part de varier les plaisirs et d’autre part de ne dévoiler l’intrigue générale que petit bout par petit bout, chaque morceau du puzzle ne venant s’imbriquer dans la trame générale qu’à la toute fin du jeu. De même, à part les  emblématiques  Jill et Chris, j’ai eu du mal à accrocher au reste de l’équipe.  Je dois même avouer que certains autres  personnages , Jessica et Raymond en tête, m’ont un peu tapé sur les système par leurs réactions … Quant à Clive R. O’Brian il m’a beaucoup fait penser à Columbo. Certes j’aime bien le personnage mais je ne suis pas certaine qu’il s’agisse là de l’effet recherché par les développeurs. 😎

Le mot de la fin :Faut-il investir dans Resident Evil Revelation ? Et bien pour moi la réponse est clairement évidemment Techniquement impressionnant, le jeu vous scotchera à votre 3DS jusqu’à son dénouement.

Certes on peut regretter un scénario un peu faiblard et des répliques un peu niaises mais quand même, il serait dommage de bouder son plaisir car après un Resident Evil The Mercenaries 3D presque insultant pour les joueurs, cela fait bien plaisir de retrouver la licence de Capcom à ce niveau.