Après avoir pris mon mal en patience pendant de long mois, c’est finalement jeudi dernier que j’ai vu débarquer sur ma 3DS, Shovel Knight le titre faussement rétro de Yacht Club Games que j’avais kickstarté en 2013.

Après un faux-départ en août (j’avais bien reçu une clé mais celle-ci n’était utilisable que sur un compte eshop US) qui m’avait permis, en lot de consolation, de découvrir le jeu sur PC via la plateforme Steam et ainsi d’appréhender tout son potentiel, c’est cette fois sur ma plateforme de prédilection, la 3DS, que j’ai pu vraiment découvrir notre petit chevalier à la pelle. Le moins que le puisse dire c’est qu’il a du répondant.

Clairement conçu comme un hommage aux chefs d’oeuvres action/plateforme 8 bits que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître à l’instar des mythiques Castlevania ou Megaman, Shovel Knight est pourtant plus qu’un simple jeu « neo-retro » et n’oublie pas d’être avant tout un très bon jeu.

Shovel-Knight 4

En effet, là où d’autres indés se seraient englués dans un « gloubiboulga » de références  mal digérées n’offrant que des clins d’oeils sans réel leu ligne directrice, les développeurs de Yacht Club Games ont su s’approprier des concepts mythiques pour nous offrir un jeu vraiment cohérent et réussi.

Comme son nom l’indique, vous incarnez dans ce titre un Chevalier dont l’arme principal est la pelle (comme pour Bernie en fait) qui va devoir user de tous ses talents pour arriver à bout de l’enchanteresse et retrouver sa complice « Shield Knight » dont il a été séparé lors d’un raid qui a mal tourné. Classique certes mais efficace car le jeu nous offre en fait l’expérience de nos titres 8 bits les défauts en moins presque et d’ailleurs la difficulté aussi en quelque sorte puisque celle-ci est paramétrable au début de la partie. Comme d’hab les rageux vont rager mais pour ce qui me concerne je trouve plus pertinent de rendre le jeu accessible à tous plutôt que de dégouter une partie des joueurs par une difficulté rebutante et ce d’autant plus que, comme dit plus haut, libre à vous de choisir une difficulté hardcore.

Shovel-Knight 2

Plutôt complet en ce qu’il propose, outre des phases de plateforme, des aspects jeu d’aventure avec notamment un gain de capacités, d’objets et aussi des niveaux spéciaux aléatoires à débloquer sur la carte, Shovel Knight n’oublie pas non plus d’être drôle grâce à de petites phrases ici et là bien sentie. Bref, un titre qui, me concernant n’est pas loin de rendre une copie quasi-parfaite et ce d’autant plus que la bande-son très 8 bits  de Jake Kaufman (et Manami Matsumae pour deux morceaux) apporte ce petit supplément de relief à un jeu qui n’en manquait déjà pas vraiment.

Bref, vous l’aurez compris, j’ai été conquise par le titre de Yacht Club Games et je suis ravie de mon choix d’avoir privilégié le support 3DS (XL me concernant) pour me plonger dans  ce jeu. Dès que l’on lance Shovel Knight, il est presque impossible de lâcher la manette (ou, pour ce qui me concerne, la console comme me l’a fort justement fait remarquer Archer Hawke). Aussi je ne saurais trop vous conseiller de vous laisser tenter car, sincèrement Shovel Knight est l’un des titres qui m’aura le plus amusée cette année et ils se comptent sur les doigts d’une main. Si vous avez grandi dans les années 80 ce serait même une hérésie de passer à côté. Quel que soit votre support de prédilection: WiiU, 3DS ou même PC foncez!

A noter que le jeu est vendu aux alentours de 15€ et qu’il s’accompagne d’un thème pour 3DS (si vous privilégiez ce support avant le 13 novembre).

Shovel-Knight 5