Cette année, ne pouvant me rendre au Paris Games Week, j’avais décidé de faire l’impasse sur l’évènement qui, à mon sens, ne présente qu’un intérêt plutôt limité. En effet, beaucoup de gros jeux sont déjà disponibles à la vente lorsque le salon prend place et à peu près toutes les infos importantes ont déjà été dévoilées par de précédents salons. Certes cette année il y avait la présentation de nouvelles machines mais je dois avouer que pour le moment le line-up de sortie ne m’enflamme pas vraiment. Néanmoins ayant reçu une invitation pour la soirée d’inauguration du salon j’ai décidé d’en faire profiter l’ami Arsh en me disant qu’il pourrait profiter de conditions bien plus sympathiques que celles des journées publiques pour parcourir les stands et essayer les titres de fin d’années. Bilan des courses, c’est un Arsh un peu énervé qui vous fait part de ses impressions sur un évènement visiblement mal maitrisé.

PGW stand sony

Pour la première fois, je suis allé au salon Paris Games Week non pas comme un joueur pendant l’ouverture au public et donc toutes ses files d’attentes interminables pour tester un jeu, mais lors de la soirée d’inauguration… et ses files interminables et autres stands inaccessibles.

Dès l’arrivée, la couleur est annoncée. Si on omet les gens qui déjà font la queue pour le lendemain et un espoir d’une collector de CoD (Dont la rumeur persistante dit que la moitié des exemplaires serait partie aux main de personnes accréditées), on remarque qu’il y a un monde assez fou. Point de journalistes puisqu’eux ont eu la primeur du salon dès 17h pour se faire un avis.
Du coup nous avons une poignée de blogueurs JV, dont je fait partie pour la soirée, quelques blogueurs cinéma qui viennent dans l’espoir… bah de faire comme tout le monde et d’être à la soirée JV, des blogueurs de moins de 10 ans aussi, beaucoup.
J’exagère puisqu’en fait beaucoup de ces gens étaient la sur invitation. Du coup nous nous retrouvons à une soirée ou les stand sont tout de même pris d’assaut, les jeux difficilement accessibles. Mais ce n’est pas tout. Si on pousse un peu plus loin, une console n’est pas jouable ce soir là pour le commun des mortels : la PS4. Enfin, on me répondra que Knack est jouable, tout comme 2 / 3 jeux indé dont je me fout un peu. Les Killzone, Battlefield et autre jeux vraiment intéressants sont seulement accessibles sur invitation.
Qu’on n’entre pas sur un stand où sont servis petits fours, champagne et tout ce qu’on veux, je le conçois. Nous ne sommes pas la pour ça. Par contre qu’une console comme la PS4 soit rendue inaccessible je trouve ça plus dérangeant.
Du coup le salon se termine prématurément car je n’ai pas envie d’attendre plus d’une heure dans une file pour mettre les mains sur un jeu et que les autres ne sont tout simplement pas accessibles.
Cela me pose une question : quelle est la place des blogueurs à un tel event ? Clairement il y a trop de monde à cette soirée. Les gens voulant vraiment bosser ou faire les choses bien, ne peuvent pas. Au début, aucune accréditation n’était délivrée. Au final la PGW a ouvert les vannes et cela n’a pas été mieux au niveau du résultat.
Pour ma part, je vais me contenter des events organisés pour les blogueurs et où l’ambiance est généralement bien meilleure et surtout où l’on peut mettre la main sur les produits. Là, je me suis retrouvé dans un salon comme si c’était un jour normal et les accès n’étaient pas meilleurs vers n’importe quel jeu ou stand. Du coup aucun gain à venir sur une soirée spéciale hormis dire « j’y étais ». Très peu pour moi !