Pour fêter dignement le 25eme anniversaire de la série des Double Dragon,  les éditions Pix’n Love ont annoncé, il y a quelques jours, la publication d’un livre dédié au créateur de la série : Yoshihisa Kishimoto. Il faut dire que ce dernier, avec plus de 350 titres a son actif, fait partie des acteurs les plus prolifiques de l’univers vidéoludique.

Cette biographie qui s’ajoute à la collection « Les grands noms du jeu vidéo », est a nouveau rédigée par Florent Gorges, que l’on ne présente plus tant son travail sur d’autres titres, déjà publié chez Pix’n Love (l’histoire de Nintendo ou la biographie de Gunpei Yokoi entre autres), s’est chargé de démontrer son talent et son professionnalisme. D’ailleurs si vous n’avez pas encore lu ses précédents ouvrages, il est encore temps.

Bref vous comprendrez aisément qu’il ne m’aura fallu qu’à peine 5 mns pour me décider à pré-commander cet ouvrage (alors que je n’ai toujours pas acheté l’histoire de Sonic par exemple) qui sera proposé dans une édition standard vendue 20 euros mais aussi dans une très alléchante édition collector (uniquement disponible en pré-commande) qui contiendra en plus de l’ouvrage

  • La Biographie officielle de Yoshihisa Kishimoto – Enter The Double Dragon.
  • Un DVD exclusif retraçant l’incroyable parcours de Kishimoto San (reportage made in No Life & Florent Gorges).
  • 24 Soundtracks remixés des meilleures musiques de Double Dragon, Double Dragon II et de Renegade.
  • Un « Print » cartonné numéroté de 1 à 600 ,dédicacé en personne par le père de Double Dragon.
  • Un coffret « Digipack » pour une version prestige
  • Une offre exclusive réservée aux précommandes.
  • Une biographie de 196 pages sur l’un des plus grands visionnaires du Beat’Em All.

Bien entendu, j’ai craqué pour cette dernière édition qui, a mon sens, et même si son prix est bien plus élevé que celui de l’édition normale, propose des bonus qui justifient la dépense.

Il faut dire que je suis d’autant plus impatiente de lire cette biographie que la série des Double Dragon fut vraiment l’un des titres auxquels j’aurai le plus joué sur mon Amstrad CPC 464 (à cassette donc).

Il fut aussi l’artisan de la destruction de ma machine qui a rendu l’âme (avec moult effets pyrotechniques) en pleine partie de Double Dragon II.

Bref, je n’espère désormais plus qu’une chose, que le titre ne soit pas retardé pendant des mois a l’instar de Sonic pour que je puisse tranquillement le lire cet été.