Après moult hésitations, j’ai finalement succombé et acheté Child of Light sur PS3 juste à temps pour y jouer pendant mon congé du 1er mai. Il faut dire qu’entre le « bien mais pas top » de Gamekult (site dont les tests s’apparentent un peu trop à une  froide « revue technique » selon moi et oublient malheureusement, un peu,  le côté plaisir et émotion d’un jeu ) et le « super-mega-génial » de Gameblog (site qui me donne l’impression de pencher, malheureusement, un peu trop vers le sensationnalisme pour être totalement crédible), il était un peu difficile de se faire un avis sur l’opportunité d’acheter ce jeu plein pot ou l’urgence d’attendre une baisse de prix.

 C’est finalement Florent Gorges qui m’aura convaincu de tenter l’aventure. Pas qu’il ait émis une critique complète du jeu, mais il a fait savoir à quel point ce dernier lui avait mis une claque et je sais qu’en général lorsqu’il apprécie un titre, il y a des chances que ce titre me plaise également.

Dès lors à la sortie du travail, je suis allée dans la Fnac la plus proche pour prendre l‘édition collector de Child of Light qui comprend:

Child of Light 2

– La boîte officielle Collector (une boite en carton quoi^^)
– La version digitale du jeu (Cross-buy* Playstation 3 | Playstation 4 ou en téléchargement PC)
– Le porte-clés lumineux exclusif Igniculus
– Un Artbook de 24 pages
– Un poster réalisé par Yoshitaka Amano
– Du contenu digital additionnel : le Pack Golem (une quête additionnelle exclusive et un personnage supplémentaire) et le Pack de Customisation Dark Aurora (une tenue alternative exclusive pour Aurora et un pack de runes).

Pour 5€ de plus, cette édition apporte des goodies bien sympathiques et tout particulièrement le poster de Yoshitaka Amano qui est vraiment réussi. Après, bien entendu, il y a également une déception qui est celle de ne pas avoir le jeu en version physique. En effet, cette édition ne propose qu’un code de téléchargement du jeu, ce qui est un peu décevant car  ce genre de version aurait mérité mieux qu’un simple code.

Child of Light  Poster Amano

Côté jeu lui-même, j’y ai joué pour le moment quelques heures et, sincèrement, je prends une grosse claque. Graphiquement le titre d‘Ubisoft est tout simplement sublime et hyper agréable à parcourir, l’ambiance est poétique et touchante à souhait notamment grâce à une très belle BO.

Beaucoup ont souligné les influences de Journey. Pour le moment, le jeu me fait  beaucoup penser à Trine 2 (un titre que j’avais adoré sur Wii U), en tout cas il me captive tout autant… Vous comprendrez donc que je ne regrette nullement mon craquage  :-)) . Reste à voir si ce coup de cœur tiendra sur la durée…

Et vous, avez-vous craqué sur Child of Light?