Après une liste de noël consacrée aux comics tant VO que VF, je m’attaque, juste avant les fêtes, aux jeux qui ont marqué mon année 2012.

Comme pour les livres, ces choix sont tous personnels et dépendent grandement des jeux auxquels j’ai joué (et dans lesquels j’ai avancé) dans l’année.

 Cela explique donc que vous ne trouverez ni Max Payne, ni Sleeping Dogs (acheté récemment cela dit) ni même Assassin’s Creed III qui trône pourtant fièrement sur mon meuble TV depuis que je l’ai acheté (J’ai pourtant fini Assassin’s Creed III Liberation).

Quoiqu’il en soit, cela ne veut pas dire que je n’ai pas trop joué bien au contraire et voici donc les principaux titres qui ont marqué mon attention.

     Ragnarok Odyssey

Ragnarok Odyssey

Un des dernier arrivés sur ma PS Vita, et pour cause, ce jeu que j’ai importé des USA  devait sortir fin aout n’est finalement arrivé que début novembre. L’attente en valait vraiment la peine, et j’en suis la première surprise, car ce jeu, malgré une répétitivité certaine est juste super addictif.

Spin off du jeu Ragnarok Online, Ragnarok Odyssey est un RPG qui n’est pas si éloigné d’un titre comme Monster Hunter puisqu’il vous propose de protéger une cité fortifiée des milliers de monstres qui la menacent.

Au fur et à mesure de vos combats vous gagnerez non pas de l’expérience (votre niveau et vos caractéristiques n’augmentent qu’entre chaque chapitre) mais des objets (armes, matériaux) qui permettent d’améliorer votre équipement et surtout des cartes, plus ou moins rares qui vont offrir divers avantage à votre personnages. Vous l’aurez compris, si vous êtes allergiques au « loot », Ragnarok Odyssey est à éviter. Dans le cas contraire foncez car le jeu, en plus d’être tout à fait réussi graphiquement, propose un multijoueur qui fonctionne vraiment bien et qui permet des parties vraiment fun (quoiqu’un peu bordélique). Cela est d’autant plus appréciable que les autres joueurs n’hésiteront pas à venir vous filer un coup de main si vous êtes bloqués dans une quête.

Bref, si l’on excepte un principe d’échange d’objets par Near un peu bancal (en même temps Near est un peu bancal), Ragnarok Odyssey est vraiment un jeu qui mérite qu’on lui laisse sa chance. Acheté sans plus de convictions que cela, j’avoue que je ne le regrette pas.

Theatrhythm Final Fantasy


Theatrhythm: Final Fantasy

LE jeu fan service par définition. On peut contester les choix de Square Enix lorsqu’il s’agit de sortir un nouvel épisode de sa célèbre franchise (comme le démontrent les avis mitigés sur FF XIII et FF XIII-2), mais force est de constater qu’ils savent faire fructifier la licence et jouer sur la corde sensible des fans comme avec ce Theatrhythm: Final Fantasy qui arrive à point nommé pour le 25e anniversaire de la série.

Jeu de rythme  orienté 100% fan service et scoring, hyper addictif, il jouera sur la corde sensible des amateurs de la séries qui retrouveront les thèmes et les personnages chers à leur cœur.

street-fighter-x-tekken-1

Street Fighter X Tekken

J’en ai déjà parlé plusieurs fois sur ce blog, ce jeu m’a vraiment séduite. Imparfait dans sa conception (et notamment dans un système de gemmes un peu confus), et très typé dans son design, Street Fighter X Tekken est un jeu qui ne fait pas dans la demi-mesure : on aime ou on déteste.

Personnellement je me situe clairement dans la 1ere catégorie. En effet, le titre de Yoshinori Ono a pour lui un vrai sens du fun et de la convivialité qui en font un jeu de choix pour les soirées entre amis. Par ailleurs son extrême accessibilité le rend aussi bien praticable aux novices qu’aux aguerris du genre.

A noter que la version Vita, se révèle un excellent portage de la version console de salon (que je possède aussi) et un indispensable des jeux de combat sur console portable (le meilleur toutes consoles confondues à mon avis). Par ailleurs cette version portable offre 12 personnages en plus que ceux présents sur les consoles de salon.

Bref un jeu qui ne se destine pas forcément aux puristes du genre mais à un public plus large qui cherche un jeu de baston fun et accessible à tous. Idéal pour les soirées entre amis.

the-walking-dead-video-game-2

The Walking Dead

C’est ici définitivement l’un des jeux qui aura marqué l’année 2012. Après en avoir entendu des louanges d’un peu partout (il a même reçu le VGA du meilleur jeu de l’année), j’ai donc décidé de me plonger dedans et d’acquérir les 5 premiers épisodes de cette saison 1 de The Walking Dead.

Pas forcément très esprit de Noël, The Walking Dead est un jeu qui « prend aux tripes » (sans mauvais jeu de mots) grâce notamment à un scénario solide, prenant et définitivement très adulte. Vous suivez dans cette première saison, le parcours de Lee, fraichement condamné pour meurtre et qui se retrouve, suite à un concours de circonstances, à devoir faire face à l’invasion des zombies avec, sous sa protection, Clémentine, une petite fille égarée.

Noir, pessimiste, The Walking Dead l’est certainement. C’est d’ailleurs le genre de jeu qui risque clairement de plomber le moral des plus sensibles (dont moi). Il n’en demeure pas moins que sa narration ultra maitrisée et sans concession en font un titre magistral qui remet à l’honneur de très belle façon le genre du Point’n Click.

Pour le moment uniquement accessible en téléchargement, The Walking Dead faut largement la vingtaine d’euros nécessaire à l’acquisition de ses cinq épisodes.

Dishonored

Dishonored

Sans aucune discussion MON jeu de l’année, celui qui m’aura scotchée à ma PS3, que j’ai recommencé juste après l’avoir fini une fois et surtout, l’un des rares titres à m’avoir réconciliée avec le FPS. A l’origine je n’étais pas plus curieuse que cela du titre de Bethesda et Arkane Studios et j’avais tort.

En effet, très vite j’ai été séduite par l’univers et l’ambiance de Dishonored qui, toutes choses  égales par ailleurs, me rappellent le travail fait sur Bioshock 1er du nom un des rares FPS à m’avoir vraiment plu.

Par ailleurs, le système de pouvoirs et la possibilité de « customiser » les capacités de son héros en fonction de son style de jeu (discret ou bourrin) apporte un vrai plus à l’aventure qu’il est possible de redécouvrir complètement lors d’un second run.

A ce titre, en fonction de vos actions, et de votre violence plus ou moins exacerbée, la ville ou se déroule l’histoire se transforme plus ou moins radicalement.

Bref un jeu qui, s’il n’est pas sans défauts (héros qui manque de charisme par exemple), est vraiment prenant et constitue mon plus gros coup de cœur de l’année.