Cela fait maintenant plusieurs mois que je suis abonnée au Playstation + et, si j’avais quelques doutes au début, je dois admettre que ces derniers se sont rapidement envolés au regard des superbes offres mises à notre disposition chaque mois tant sur ma PS3 sur laquelle j’ai pu, par exemple, récupérer gratuitement des jeux tels que Okami HD ou The Cave que sur PS Vita qui a accueilli tout aussi gratuitement des jeux comme Uncharted, Gravity Rush ou encore Virtue’s last reward.

Ce mois-ci le programme était encore très chargé car Sony nous offre deux gros titres: l’indispensable Catherine que j’avais énormément aimé et Hitman Absolution un jeu que j’ai failli acheter à sa sortie avant de finalement me raviser au regard de ma pile de jeux en retard (oui parfois la raison l’emporte).

J’ai donc profité de l’occasion pour télécharger le titre de Square Enix (17Go quand même!) et ainsi découvrir les nouvelles aventures de 47.

hitman_1

Le premier niveau, qui sert de tutoriel, place le joueur immédiatement dans le vif de sujet puisque la première cible de 47 n’est autre que Diana Burnwood, son ancienne collaboratrice et visiblement amie, condamnée à mort par l’agence pour haute trahison. Il n’en fallait pas plus à notre héros pour se rebeller contre son employeur pour une raison que je n’évoquerai pas ici.

Globalement Hitman est un titre plutôt agréable que j’ai parcouru sans ennui qui, je pense contentera les amateurs du genre grâce notamment avec un panel conséquent de niveaux de difficultés allant du (trop) facile bourré de checkpoints à professionnel où toutes les aides disparaissent. Bref de quoi contenter tout type de joueur du plus hardcore au moins exigeant.

hitman_5

Quoiqu’il en soit, même dans les niveaux de difficulté les plus faibles il est assez déconseillé de se la jouer trop bourrin car très vite 47 risque de se retrouver submergé par ses ennemis. Déguisement, infiltration et discrétion sont donc les clés du succès. Le système de déguisement est d’ailleurs plutôt sympathique et il faut faire preuve d’attention dans le choix de la tenue que l’on dérobe  car l’IA a très vite tendance à vous trouver suspect surtout si vous ne disparaissez pas de son champ de vision assez vite.  Par conséquent, 47 n’étant identifiable que par ses pairs il est préférable de prendre des costumes plus passe-partout, du style plombier, au milieu des gardes qui surveillent vos cibles.

hitman_4

Bref sur certains niveaux il faut vraiment être patient et étudier au plus près les « routines » de votre cible surtout si celle-ci est bien protégée. Pour cela vous être bien aidé par la jauge d’instinct. Celle-ci, qui se régénère grâce à votre furtivité du moins dans les niveaux de difficulté les plus faibles, vous permet de repérer vos ennemis même à travers les cloisons et ainsi de d’avoir une idée des dangers potentiels des niveaux d’un simple coup d’oeil.

D’un point de vue général, Hitman est un jeu satisfaisant, les environnements sont variés, les graphismes et l’animation plutôt bons et il est assez jouissif d’étudier plusieurs possibilités de parvenir à ses fins sans se faire remarquer (personnellement j’ai un petit penchant pour les « accidents »). En fait le gros point noir du titre à mon avis vient de son scénario vraiment mais vraiment « bas du front » qui à vouloir « se la jouer » adulte finit par confondre confond maturité et vulgarité.

hitman_6

En fait, en caricaturant à peine Hitman nous propose soit des hommes idiots et libidineux, soit des femmes dont le rôle est très binaire puisque les personnages féminins sont globalement  soit des putes soit des nonnes (au sens propre du terme) quant il ne s’agit pas d’être les deux à la fois (je pense ici aux fameuses « saintes« ). Bref le scénario d’Hitman Absolution ne vaut pas mieux à mon sens qu’un mauvais épisode du « Transporteur » et c’est bien dommage car après avoir fini le titre de Square Enix c’est un peu cette impression qui reste.

Pour être tout à fait complet sur ce nouveau Hitman, il convient de noter l’existence, outre le mode solo, d’un mode « Contrats » dédié au scoring et à l’esprit de compétition sensée animer les joueur de la licence. Le principe est assez simple puisqu’il s’agit de relever des défis lancés par d’autres joueurs de la planète d’éliminer certaines cibles tout en remplissant certaines conditions (avec la corde à linge… dans la bibliothèque…), le tout le plus rapidement possible pour établir un meilleur score que ses petits camarades. Plutôt amusant, ce mode de jeu permet de faire des parties rapides et de revenir de temps en temps sur le jeu de Square Enix, on ne s’en plaindra pas.

hitman_3

Au final, si Hitman Absolution m’a suffisamment intéressée pour que je décide de le finir je dois reconnaitre qu’il ne me laissera pas un souvenir impérissable ce qui me permet de dire que je suis plutôt contente de ne pas avoir acheté le titre de Square Enix.

Le jeu pouvait clairement atteindre une autre dimension que ce qui nous a été proposé et si le gameplay est plutôt bien pensé le scénario est vraiment trop mais au ras des pâquerettes pour convaincre. Manque de temps? de volonté? Je ne sais pas…. En tout cas grâce au Playstation + je ne regrette pas mon non-achat.

A noter que le mois de juin sera également chargé en jeux gratuits et que Sony nous gâte à nouveau avec la gratuité de Les Royaumes d’Amalur, ICO and Shadow of the Colossus HD Collection et de Demons Soul sur PS3 ainsi que de Raymans Origins et Coconut Dodge Revitalised (inconnu au bataillon) sur PS Vita