Sans être une acharnée du genre, j’avoue que le peu de Tower Defense auxquels j’ai touché, je pense notamment à des titres tels que Field Runners sur PSP et surtout l’excellent Crystal Defenders (disponible à la fois sur le PSN et sur le Xbox Live), m’ont bien souvent scotchée à ma console plus que de raison.

J’étais donc curieuse de découvrir le nouveau titre de 11 bit studios, Anomaly : Warzone Earth. Ce dernier se présente non pas comme un Tower Defense mais comme un Tower Offense. Comme son nom l’indique vous ne jouez plus les défenseurs chargés de protéger un  territoire mais vous menez  une escouade à la victoire en annihilant toute résistance ennemie.

Anomaly : Warzone Earth prend place en 2018 et vous confronte à l’arrivée tout aussi inopinée que désagréable d’envahisseurs extraterrestres bien décidés à s’approprier certaines de nos capitales mondiales comme Bagdad ou Tokyo. N’écoutant que votre courage et votre sens du devoir, vous décidez d’aller les confronter.

Globalement, s’il inverse les rôles, Anomaly : Warzone Earth, reprend tous les codes d’un bon Tower Defense, comprenez par là que vos ennemis possèdent toutes les caractéristiques que l’on attend d’eux : possibilité de vous ralentir, grosse artillerie mais limitée dans ses mouvements ou armes plus légères et donc plus rapides… De votre côtés, vos 6 unités et leurs capacités respectives (char, bouclier…) ne seront pas de trop pour arriver à franchir chaque map.

Le point fort du titre de 11 bits studios est clairement sont accessibilité : en l’espace de deux ou trois stages les principes de gameplay sont assimilés et il ne vous reste plus qu’à peaufiner votre stratégie pour venir à bout des pièges posés par l’ennemi. Pour vous aider dans votre tâche de commandant en chef, des bonus (réparation, leurre, brouillard et bombe) sont régulièrement disséminés ici et là sur la carte par votre support aérien ce qui vous permet de protéger vos troupes lorsque ces dernières sont affaiblies ou en danger.

Bien entendu, plus abattez d’ennemis et plus votre score augmente (amateurs de scoring bonjour) mais surtout plus vous engrangez d’argent pour acheter des véhicules (malheureusement limités au nombre de six), ou améliorer ceux déjà présents.

Graphiquement, Anomaly : Warzone Earth s’en tire plutôt pas mal : les effets et les textures sont propres. Après je dois reconnaitre qu’en terme d’ambiance il ne m’a pas séduite outre mesure car trop orienté « jeu de guerre » à mon goût.  Ainsi j’aurai tendance à lui préférer l’univers  plus mignon d’un Crystal Defender. Il s’agit là bien sûr de goûts personnels qui ne réduisent en rien les qualités intrinsèques du jeu et  n’enlève rien à son efficacité.

Au final, je dois bien reconnaitre que le « Tower Offense » de 11 bits m’a plutôt bien plu. Je n’en attendais pas grand-chose et au final j’ai passé des heures à y jouer en compagnie de Peaksnail, qui a complètement accroché.

Aussi si vous aimez le genre mais avez envie d’un peu de renouveau, je ne saurai que trop vous conseiller d’investir dans ce titre vendu actuellement 800 MS points sur le Xbox Live (et qui est également disponible sur PC).