Samedi dernier, j’ai profité du passage à Paris de l’un des membres du site Archaic pour aller visiter l’exposition Videogames Story, la plus grande exposition française consacrée à l’histoire des jeux vidéo qui se tient jusqu’au 7 septembre à la Porte de Versailles.

Pour être honnête, cela fait plusieurs années maintenant que des expositions sur l’univers des jeux vidéo se tiennent à Paris de celle du Cnam, à celle de la Cité des sciences (Jeu vidéo – l’expo) en passant par le Grand Palais. C’est donc désormais, et pour une période assez courte, le parc des expositions qui s’y colle dans un espace de 4500 m2 occupé par près de 400 consoles.

Après des débuts assez laborieux, nous pensions que l’exposition avait probablement pris son rythme de croisière, et nous nous sommes donc donné rendez-vous samedi matin aux alentours de 9h.

Plan
La 1ère chose qui frappe dans cette exposition est finalement l’impression de vide. Non pas que l’exposition soit chiche en machines (même si certains écrans étaient désespérément noirs) mais le vide en terme de public. Une chose est sûre, nous étions très tranquilles pour jouer à peu près à tout ce que nous voulions sur le parcours de l’exposition. Un parcours d’ailleurs relativement riche et complet puisqu’il propose tout autant de (re)jouer à toutes les anciennes gloires du jeu vidéo que de découvrir les dernières consoles du marché à savoir la PS4 et la Xbox One et même d’essayer l’Occulus Rift, une première concluante me concernant.

Les seules absentes notables  étaient en fait les consoles portables très peu représentées (sauf derrière les vitrines), ce qui est à mon sens plutôt dommage tant elles représentent une part on négligeable du jeu vidéo. Je n’ai ainsi croisé  qu’une GBA jouable (avec Pokemon) et aucune PSP ou PS Vita.

L’autre déception majeure vient du peu d’explications sur les différentes machines et sur l’histoire du jeu vidéo en elle-même (ce qui différencie d’ailleurs Videogames Story de Jeux video l’expo beaucoup plus orientée vers la création elle-même).

Video Game Story 1

Bref, cette exposition est plus destinée aux joueurs qu’à ceux qui souhaitent en savoir plus sur l’histoire des jeux vidéo. Même si  l’on s’attend à ce qu’une exposition ait un côté plus didactique, ce n’est pas un défaut en soit en tout cas pas pour moi qui ait pu profiter pleinement des bornes d’arcades (notamment dans la salle d’attente) et des consoles présentes un peu partout.

J’ai d’ailleurs tout particulièrement apprécié les espaces dédiés aux différentes itérations d’une saga telle que celle de Mario dont nous pouvions jouer de la version Game Boy (via le super game boy) à la version Game Cube de Super Mario Sunshine.

Au final, si j’ai passé un agréable moment au sein de cette exposition Videogame Story, j’ai quand même du mal à comprendre ce que cette exposition apporte de plus par rapport à toutes les autres si ce n’est de permettre aux férus de jeu vidéo de jouer à loisirs aux différents titres présents. Certes rester des heures et pouvoir passer de console en console pour moins de 15€ est assez tentant mais je ne suis pas sûre que  cette promesse ait été suffisante pour rentabiliser une exposition malheureusement désespérément vide (lorsque nous sommes partis vers 13 :00 samedi elle commençait à peine à se remplir).